MATHIEU BONARDET

mathieubonardet@gmail.com

accueil / home page

travaux / works
textes / texts
expositions / exhibitions
articles / press
bio / curriculum vitae

The Brutalist Ideal, 2017
Replis, 2016
Forces contraires, 2015
Cartographies intimes, 2015
Rien d'autre que... , 2015
La légende des... , 2014
Ruptures , 2014
Dans ma cellule... , 2014
Art protects , 2013
DNSAP (Ruptures), 2013
hasard d'ensembles, 2013
21 x 29,7, 2012
Palindromes, 2011
Comme elle vient, 2011
Open Studio, 2011
DNAP, 2011


galerie jean brolly

Dans ma cellule, une silhouette < >

2014 Dans ma cellule, une silhouette, exposition collective avec William Anastasi, Abdelkader Benchamma, Mathieu Bonardet, Geta Brătescu, Maryclare Foa & Birgitta Hosea (Performance Drawing Collective), Jean Genet, Dennis Oppenheim, Santiago Reyes, Till Roeskens, Carla Zaccagnini sur une proposition de Lore Gablier du 01.02 au 20.04 à la Ferme du Buisson (Noisiel)

Sans titre (en allegro), 2013-14,
mine graphite au mur et vidéo, 7'40''

La Ferme du Buisson © Émile Ouroumov

Sans titre (en allegro), 2013-14,
mine graphite au mur et vidéo, 7'40''

La Ferme du Buisson © Émile Ouroumov

Sans titre (marche), 2014,
mine graphite sur papier marouflé sur bois, métal, 240 x 240 x 8 cm

La Ferme du Buisson © Émile Ouroumov

Sans titre (marche), 2014,
mine graphite sur papier marouflé sur bois, métal, 240 x 240 x 8 cm

La Ferme du Buisson © Émile Ouroumov

Sans titre (marche), 2014,
mine graphite sur papier marouflé sur bois, métal, 240 x 240 x 8 cm

La Ferme du Buisson © Émile Ouroumov

Sans titre (marche), 2014,
mine graphite sur papier marouflé sur bois, métal, 240 x 240 x 8 cm

La Ferme du Buisson © Émile Ouroumov

Sans titre (marche), 2014,
vidéo, 40'

La Ferme du Buisson © Émile Ouroumov

 

Dans ma cellule, une silhouette

Proposant une exploration du dessin dans son rapport au geste, au corps, l’exposition revient sur l’histoire de Dibutade, la fille du potier de Sycione, qui, la veille du départ de son amant, "entoura d’une ligne l’ombre de son visage projetée sur le mur par la lumière d’une lanterne".

Si ce geste séminal que relate Pline l’Ancien dans son Histoire naturelle est considéré par l’auteur, et à sa suite par nombre d’historiens de l’art, comme l’origine de la peinture et de la sculpture, elle est aussi une invitation à renouveler notre rapport au visible.

Par son geste, la jeune fille nous renvoie en effet à la part d’invisible que recèle le visible, en l’occurrence à son désir qui ne peut se résoudre dans l’image. Ce que nous voyons est ainsi toujours habité par l’absence de ce que nous ne pouvons voir, absence qui non seulement structure notre vision mais permet l’avènement d’une potentialité ou, pour reprendre les termes de Jean-Luc Nancy : "la possibilité indéterminée du possible en tant que tel, d’un pouvoir-être qui n’est pas la forme encore abstraite d’un être à incarner mais qui est bien plutôt lui-même une modalité et une consistance de l’être : un être de pouvoir, la réalité de l’élan, de la naissance, du commencement."

 

La Ferme du Buisson, allée de la Ferme 77186 Noisiel // www.lafermedubuisson.com